prévention : l’antimoustique au DEET peut détruire votre GORE-TEX!


≡ Et le fond de votre coffre à pêche, si la bouteille fuit! Un classique!

DEETlprLes avertissements qu’on peut lire (avec une loupe, évidemment!) sur l’étiquette de certains chasse-moustiques contenant du DEET* donnent littéralement froid dans le dos : «Peut endommager le fini des meubles, le plastique, les surfaces peintes, les tissus synthétiques ou le cuir…». Et qui d’entre-nous n’a jamais constaté  les dégâts causés par une bouteille de chasse-moustiques, grassement constituée de DEET, ayant fuit dans notre coffre à pêche? Mais qu’en est-il des imper-respirants comme le GORE-TEX?

Selon les autorités en matière de santé et d’environnement, le DEET ne poserait aucun risque pour notre corps ou l’environnement, à condition de l’utiliser selon les recommandations. Mais il n’en va pas nécessairement de même avec nos précieux vêtements de plein air.

Les répulsifs conçus pour être appliqués directement sur la peau n’ont pas été conçus 1200px-DEET.svgpour les préserver. Le DEET (agissant comme plastifiant) modifie la structure sur tout polymère des matières plastiques. Ainsi, hormis les fibres naturelles comme la laine ou le coton, toute fibre synthétique se verra altérée par une exposition au DEET. Ceci est particulièrement vrai pour les (très minces) membranes imper-respirantes, telles que le GORE-TEX.

Le DEET altère les membranes en scellant les microscopiques pores qui les rendent «respirantes». Elles perdent donc beaucoup de leur efficacité.

Selon le manufacturier Gore, fabricant du GORE-TEX, l’effet destructeur du DEET n’est (heureusement) pas instantané ; on parle de 24 h d’exposition avant que la membrane soit affectée. On a donc le temps de l’essuyer lorsqu’on se rend compte d’une contamination.

Il faut toutefois savoir que même une très petite quantité (un faible résidu en contact prolongé) peut faire des ravages.

Avant de revêtir son imper-respirant après s’être badigeonné d’anti-moustiques au DEET, il est donc sage de s’essuyer au maximum ou bien d’enfiler une couche intermédiaire en laine ou en coton.

Des alternatives?

IcaridinSVG.svgIl existe bien sûr des alternatives naturelles. Les huiles à la citronnelle, l’eucalyptus ou le soya offrent une protection sans danger pour le corps, l’environnement ET les vêtements, mais leur efficacité est bien moindre et dure beaucoup moins longtemps. Si cette alternative vous intéresse, je vous invite à consulter mon article portant sur trois anti-moustiques naturels. Je vous propose également de considérer l’achat d’un anti-moustiques à base d’icaridine, très efficace et surtout sans danger pour votre peau, vos accessoires et vos vêtements! 

*Le DEET (N,N-diéthyl-3-méthylbenzamide) est le plus efficace des répulsifs sur le marché. Mais attention : prudence!

inspiré de : espace.ca


© TrsJD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.