équipement : mes réchauds [3.0]


≡ Pour la préparation des repas

Mis à jour : 25/11/2019

Puisqu’il faut bien manger, ou prendre un bon café! J’en possède maintenant onze à mon actif… présentement! Maniaque un peu, vous dites? Oui, un peu. Et je vais vous faire une confidence… ça ne s’arrêtera probablement pas là!

Le plus classique d’entre-eux est le MSR WhisperLite International. Petit, léger et puissant (même trop, car si on désire faire mijoter un plat avec ce réchaud, c’est peine perdue; il ne fonctionne qu’à un seul niveau de puissance, au max). Il a aussi l’avantage de pouvoir utiliser comme combustible, du naphte, du kérosène, de l’essence sans plomb et même du carburant d’aviation! Cela fait de ce réchaud un instrument de cuisson quatre saisons très polyvalent. Je l’aime beaucoup, car il fonctionne très bien l’hiver. Seule ombre au tableau, comme indiqué plus haut, il fonctionne ou pas (on-off). Impossible de s’en servir pour faire mijoter un plat, à moins d’être prêt à fournir un effort soutenu à jouer constamment avec le bouton d’alimentation du combustible ou d’user d’un quelconque stratagème qui m’échappe! Je n’ai plus du tout cette patience rendu à mon âge vénérable. Ha et puis, si le son d’un avion à réaction ne vous cause pas trop de problème, vous allez certainement adorer ce réchaud! Oui, il est performant, mais il est aussi très bruyant!


nouveau

Au mois d’octobre dernier (2019), je me suis procuré le MSR Windpro II. Bon, cet achat s’est fait sur un coup de tête, j’avoue, puisque je ne suis pas un fan fini des réchauds à cartouche GPL, sauf peut-être l’été. Et pour plusieurs raisons d’ailleurs. Il faut traîner avec soi une cartouche que l’on doit finir par se débarrasser une fois sa durée de vie atteinte. Il existe de points de récupération de ces cartouches, mais bon, ce n’est pas, à mon humble avis, super écologique. J’ai quand même décidé de me le procurer, de toute manière j’en possède déjà de ce type. Ce réchaud peut fonctionner avec les mêmes cartouches ISOPRO (ce combustible fait d’un mélange de 80 % d’isobutane et de 20 % de propane brûle sans winprorésidu et peut être très efficace par grand froid). La différence par rapport à sa première version se situe au niveau de l’efficacité et la polyvalence. Il est maintenant adapté pour brûler le contenu des cartouches inversées. Cette innovation augmente la performance du réchaud lorsqu’il fait froid, même en plein hiver là, et assure un rendement soutenu et constant durant toute la durée de vie de la cartouche. Il possède un brûleur externe, alors la cartouche et le réchaud sont reliés par un tuyau d’alimentation, cette nouveauté a été pour moi l’élément déclencheur lors de l’achat. Donc, puisque le brûleur n’est pas placé directement sur la cartouche, il est possible d’utiliser sans danger un pare-vent pour protéger la flamme, ce qui augmente considérablement l’efficacité du réchaud, surtout dans les endroits exposés au vent. Je l’ai essayé lors de mon dernier bivouac en octobre au parc de la Mauricie et j’ai été agréablement surpris par sa performance, et par sa dimension, sans trop d’ajout de poids comme la plupart de ses pairs. Il est très stable et peut facilement soutenir une casserole ou un poêle de 25cm de circonférence! Et le réglage de la flamme est très précis! Que du positif pour le moment.


Le troisième réchaud que j’utilise est le PocketRocket de MSR. Minuscule et se repliant sur lui-même, ce réchaud fonctionne également avec des cartouches GPL. Il est très simple à faire fonctionner, contrairement au WhisperLite qui nécessite une petite période d’apprentissage avant de pouvoir s’en servir convenablement. Il est idéal pour le camping trois saisons, en autant que la température n’avoisine pas trop le point de congélation! De fait, les cartouches GPL ne fonctionnent pas très bien par grand froid, sur ce type de réchaud; elles perdent de leur efficacité et ont tendance à geler. Mais il existe aussi des cartouches GPL de mélange isobutane-propane, plus efficaces dans ce genre de condition. Ce réchaud est idéal pour faire mijoter des plats, puisque son réglage se fait tout en douceur avec une extrême précision. Mais ne penser pas y déposer une lourde charge!


Mon quatrième réchaud, est le ClassicTrail d’Optimus. En fait, ce réchaud n’est pas vraiment différent du PocketRocket de MSR; il possède exactement les mêmes caractéristiques, à peu de chose prêt qu’il est beaucoup plus stable! Il accepte des chaudrons de dimension supérieure à cause de sa tête qui est plus grande et plus solide que le PocketRocket. J’ai acheté le PocketRocket avant le ClassicTrail, mais si c’était à recommencer, et si je connaissais l’existence de ces deux réchauds, j’opterais probablement pour l’Optimus. Il est aussi efficace, plus puissant même, et son prix est ridiculement bas, à peine 23,00$! Alors, c’est certain qu’il est plus lourd que le PocketRocket, mais je le conseille vivement pour les gens qui ont un budget serré et qu’ils veulent tout de même de la performance et de la solidité pour trois saisons.


En voici un autre que j’ai acheté sur Amazon (10/2018), il s’agit d’un tout petit réchaud de la marque Etekcity. Je ne connais même pas le nom du modèle! Bon, c’est clair et je ne vous le cacherai pas, nous ne sommes pas dans le haut de gamme avec ce réchaud. Ce qui m’a surtout intéressé lorsque je l’ai vu c’est sa légèreté : (22 grammes) vs (73 grammes) poEleckur le PocketRocket. Quand même! Et il ne prend vraiment pas de place une fois replié sur lui-même et rangé dans sa petite boîte. De plus, il possède malgré son poids plume, un allumage piézoélectrique! Je subodore que cette dernière caractéristique ne survivra pas au réchaud en tant que tel, cela s’entend, mais pour une quinzaine de dollars, je n’avais pas grand chose à perdre de l’essayer. Il faut juste garder en tête qu’on se réservera cet allumage uniquement lors de dépannage, et qu’autrement, on a juste à se servir d’une allumette ou d’un simple briquet. No big deal, comme on dit! En fait, je suis vraiment surpris par sa performance, considérant son prix! Il n’est pas conçu pour faire bouillir 5 litres d’eau dans un chaudron en fonte, mais il résiste parfaitement au poids de 500ml d’eau dans ma tasse en titane! Bref, ça fait le travail dans la mesure où on lui en demande pas davantage. Il s’agit évidemment d’un réchaud qui fonctionne avec des cartouches GPL. Je le considère comme un excellent réchaud de backup.


Un autre réchaud que j’utilise occasionnellement c’est le  CampStove 2 de BioLite. Celui-là c’est un spécial! Il est très innovateur puisqu’il est doté d’un convertisseur thermoélectrique qui transforme la chaleur en électricité! Il comporte plusieurs niveauxstove de puissance. Lors de l’utilisation de ce réchaud, on commence par y insérer de petites brindilles, des pommes de pin, des granules de bois ou tout autre biomasse à la vitesse la plus basse (un ventilateur se charge alors d’amener suffisamment d’air au réchaud pour que ce dernier puisse accélérer l’amorçage des flammes). Une fois bien allumé, on augmente graduellement la dimension du  «carburant» utilisé, tout en haussant la vitesse du ventilateur jusqu’à l’obtention de la chaleur voulue. La pile interne du réchaud peut servir à recharger vos gadgets électroniques. En bref, plus vous utilisez le réchaud, plus il génère de flammes, plus il les converti en électricité, plus grande est la possibilité de recharge. Spécial, non? Seul désavantage, en plus d’être assez lourd et costaud, il fonctionne mal si on utilise du bois humide, et comme ici au Québec nous sommes assez bien servis en pluie, il importe donc de trimbaler du bois sec avec soi. Ce qui n’est pas envisageable lors de longues randonnées pédestres en autonomie complète. Néanmoins, son usage est extrêmement intéressant si le poids de l’équipement ne vous cause pas de souci. En plus, il est très écologique, puisqu’il n’utilise ni combustible polluant ni cartouches GPL! Il vient même avec une petite lampe, sans pile, qui fonctionne à même l’énergie du réchaud, que l’on installe sur ce dernier pour éclairer ce que l’on est en train de popoter! Si comme moi vous souper assez tard, vous aller apprécier. Bravo BioLite!


Bon, voici un autre nouveau venu, le septième (10/2018), et je l’adore! Il s’agit du solo Stove Lite. Il faut dire que je me suis converti que très récemment à ce genre de réchaud. J’en ai déjà un qui carbure à la biomasse, celui d’en haut (BioLite), mais même si ce nouveau venu dans mon SoloStoveéquipement n’a évidemment pas les mêmes particularités de conversions «électriques», pour une fraction du poids (250 grammes) vs (935 grammes) pour le Biolite, il est nettement plus tentant de le placer dans notre sac pour un bivouac en autonomie. Dans le fond, je ne connais personne qui trimballerait le CampStove 2 dans son sac à dos. Il est plutôt réservé au canot camping ou quand on planifie une sortie en voiture. Ce que je trouve de particulièrement intéressant du Solo Stove Lite c’est qu’il se range comme un gant dans ma gamelle Terra Weekend HE d’Optimus! Il y a même de la place pour un petit contenant circulaire dans lequel j’y mets des allume-feux. Et afin de na pas égratigner ma gamelle, j’insère le réchaud à l’intérieur de son sac de rangement et le tour est joué!

Ce réchaud n’est pas donné, on s’entend; il se vend plus d’une bonne centaine de dollars, mais comment dire, il est de bonne «facture» si je puis m’exprimer ainsi! Il est vraiment solide, efficace, relativement léger et à la longue il prend une coloration cuivrée spéciale. Il a bonne gueule et en vaut largement le coût!


nouveau

Quand à parler de réchaud qui utilise de la biomasse comme combustible, je me suis fabriqué un réchaud qu’on appelle «ikea» dans le monde du plein air. Pourquoi ikea? Car en principe l’instrument dont on se sert pour le fabriquer est à l’origine un contenant2019-10-24 10.40.23 permettant d’y mettre des ustensiles de cuisine pour les faire sécher. Avec un minimum de bricolage et ayant fini par trouver l’outil approprié pour le construire (un outil rotatif), j’en suis venu à bout! Bon, j’adore bricoler, mais je ne suis pas un expert en la matière. L’imagination est présente, mais la dextérité manuelle me fait parfois défaut! Je ne m’en suis pas encore servi; je l’ai terminé hier (24/10/2019). Mais si je me fie aux revues de ce réchaud sur Internet, ma fois, il a l’air très efficace, d’autant plus que le combustible utilisé pour le faire fonctionner se trouve sur place : du bois mort! Alors pas de combustible additionnel à traîner avec soi en plus du réchaud. On peut même y loger sa popote si elle n’est pas trop énorme. Ce qui est un autre point non négligeable! À suivre…


nouveau

Je place ici mon plus récent achat (octobre 2019), qui m’a été inspiré par mon amie Teacher SBD, qui a fait une vidéo sur ce réchaud, il s’agit du poêle à bois portatif hexagonal en titane de la compagnie Vargo. À la lumière des explications de mon amie, je peux d’ores et déjà en espérer une première bonne expérience! J’ai hâte de l’essayer! Ce réchaud mvargo‘apparaît idéal pour les endroits où le bois est abondant et où les feux de camp ne risquent pas d’endommager les écosystèmes fragiles, ce petit poêle à bois portatif vous évite de transporter du combustible. Pliable, il se range dans son sac de transport et prend à peine plus d’espace qu’une crêpe. Il est fabriqué de titane ultraléger, et résiste facilement à une exposition à la chaleur à long terme sans subir de dommages. Son poids? Ridicule : 116 grammes. Le poêle est constitué de panneaux en titane qui se fixent fermement les uns aux autres. Sa forme conique dirige la chaleur vers le haut pour assurer une cuisson rapide et efficace. À suivre encore une fois!


En voici un autre dans ma collection de réchauds (02/2018), le réchaud pliant de Esbit. D’un prix ridiculement bas (15,00$), ce réchaud fonctionne à l’aide de tablettes deesbit combustible solide ne dégageant pratiquement pas de fumée, ne laissant aucun résidu, et conservant leur efficacité à haute altitude et à des températures inférieures au point de congélation. Inodore, silencieux, léger, très efficace et facile d’utilisation, il demeure un très bon choix de réchaud à mettre absolument dans sa trousse d’urgence! Un tablette de combustible a une durée de vie de 8 minutes, ce qui est largement suffisant pour amener 500ml d’eau à ébullition. Utilisez deux tablettes pour faire bouillir un litre d’eau plus rapidement. Et comme mentionné plus haut sa légèreté et sa petitesse permet facilement de le placer dans sa trousse d’urgence.


Je vous présente maintenant mon réchaud à l’alcool de la compagnie Trangia. Très simple d’utilisation, silencieux, et ne nécessitant aucun entretient ou presque, ce petit réchaud très léger se contente très bien de combustible à fondue peu dispendieux! Lors Trangia2de l’achat, il vient avec un premier couvercle servant à réguler le débit de la flamme et un deuxième couvercle, étanche, permettant de conserver un peu de combustible à l’intérieur du réchaud lorsqu’il est remisé dans notre sac à dos. Je vais vous faire une petite confidence. Je m’intéresse à ce type de réchaud depuis seulement quelques mois (2018). Avant de m’en procurer un, je trouvais ce système trop simple à mon goût, et attendre 10 minutes pour faire bouillir mon eau ne m’enchantait pas plus qu’il ne le faut! Mais, après avoir constaté l’efficacité de ce petit réchaud, et son extrême simplicité de fonctionnement, maintenant il est devenu mon réchaud préféré! Ha, plus maintenant, du moins pas le seul puisque comme indiqué au début de l’article, je suis maintenant en lune de miel avec mon MSR Windpro II!

Comme je l’ai souligné, il est simple, efficace et silencieux, solide et particulièrement utile, mais en camping trois saisons! Le «froid» venant altérer significativement son efficacité. À découvrir, si ce n’est déjà fait.

Et pour maximiser l’utilisation du Trangia, j’utilise un petit support de la même marque, qui ne fait que 115 grammes, démontable, ayant une épaisseur de 1cm une fois démonté. Rien d’extravagant, mais fort utile pour protéger les flammes du vent.

Signature


TrsJD

 

2 réflexions au sujet de « équipement : mes réchauds [3.0] »

  1. Bonsoir Teacher SBD!

    Merci pour la précision concernant le réchaud à alcool. Je ne l’ai pas encore utilisé et je m’imaginais que ça fonctionnait bien par grand froid, du moins il me semble avoir lu ça quelque part… Je vais éditer mon article en ajoutant cette précision! Au moins, à la température de la pièce, je fais bouillir 750ml d’eau avec 50ml de combustible à fondue. Et c’est s-i-l-e-n-c-i-e-u-x, ça fait différent du Whisperlite! ;o)

    Esbit ou clones, je ne vois pas très bien où pourrait être la différence, puisqu’il ne s’agit après tout que d’un support. La où il y aurait peut-être une différence, au niveau de l’efficacité, serait peut-être les tablettes de combustible « Esbit » qui durerait plus longtemps? J’obtiens quand même une belle flamme qui dure un peu plus de 8 minutes… dans le confort de mon bureau, entre le clavier de mon ordinateur et son écran! HAHAHA J’en donnerai d’autres nouvelles une fois essayé sur le terrain! ;o)

    À bientôt!

    TrsJD

    J'aime

  2. Ah les réchauds, on se laisse tenter, n’est-ce pas? Je mettrais un bémol sur le Trangia: par grand froid, disons -15°C, c’est à peine si on arrive à faire bouillir 500ml d’eau avec un contenant plein. Pour le Esbit, je n’ai essayé que des clônes, le « vrai » fonctionne mieux si je comprends bien.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.